cinéma

Blade Runner 2049


quoi

En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies...

QUI
de Denis Villeneuve, avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Jared Leto, 2h43, USA
Géolocalisez les salles
HORAIRES (du 13 au 19 Décembre)

Aucune date


L'avis de la rédaction

Blade Runner 2049

Spleen et Idéal

Comme James Cameron et David Fincher l’avaient fait avec le Alien de Ridley Scott, Denis Villeneuve revisite Blade Runner dans une suite à la fois miroir et prolongation personnelle. Une réussite !

K, réplicant de la nouvelle génération, est un Blade Runner chargé de retrouver et d’éliminer les anciens modèles insoumis. Discipliné et solitaire, il comble le vide en se projetant dans une histoire d’amour avec une femme virtuelle. Mais une découverte surprenante va le conduire sur la trace de Rick Deckard, un ancien Blade Runner. Soutenu par son hologramme féminin, K commence alors un voyage étrange et fluctuant, qui va le plonger dans une quête identitaire…
Se passant 20 ans après le premier épisode, Blade Runner 2049 se présente d’abord comme une variation de son modèle, rejouant dans un jeu de miroir inversé les mêmes thèmes mais en les déclinant vers des combinaisons multiples. C’est toujours une interrogation entre l’humain et le réplicant : qui l’est, qui ne l’est pas ? Où se situe la différence, comment s’humanise-t-on ? Qu’est-ce que le réel ? Comment l’espèce évoluera-t-elle ?
Labyrinthe d’anticipation habité par les mythes de l’humanité, le film surprend aussi en se révélant en blockbuster contemplatif à l’atmosphère dépressive, hautement envoûtante. Il brille de multiples trouvailles : une scène d’amour saisissante, des hologrammes d’Elvis et Sinatra au cœur d’un casino abandonné de Las Vegas, l’image clonée d’une femme disparue. Il distille un romantisme fané, une nostalgie désespérée au cœur de paysages en ruines, des néons urbains, de décharge radioactive, d’espaces vides ultra modernes…
Enfin c’est dans sa dernière partie, plus explosive, que l’œuvre orchestre la rencontre de ses deux héros, celui d’hier, Harrison Ford, et celui d’aujourd’hui, Ryan Gosling, représentation intergénérationnelle, à la fois autre et semblable. Mélancolie d’un temps, retrouvé et déjà révolu.
 
 
 

Laurence Kempf
Les commentaires des internautes

Magnifique suite pour Blade Runner !

Casting, scénario, ambiance, son impeccables pour cette suite au "Blade Runner" de 1982 qui avait tant secoué notre imaginaire et nos émotions. Il passe ce soir sur Arte, je vais le regarder et aussi retourner voir une 2ème fois ce "Blade Runner 2049" qui m'a enchantée ! A voir ABSOLUMENT " sur grand écran au cinéma et avec un bon son ! Super émouvant de revoir Harrison Ford dans son rôle et projeté 30 ans plus tard (et non 20 comme écrit dans la critique Wik). Une belle claque cinématographique !
Photos
vidéo
géolocalisation

Les avant-premières

Note des Wikonautes

Note moyenne de Wikonautes :
5.0