Scène

Saigon

Théâtre

quoi

Un restaurant vietnamien en France en 1996, à Saïgon en 1956. Des histoires d’exils, d’amours et une dizaine de personnages venant d’horizons divers pour dire la polyphonie du monde. 

QUAND
mardi 15 mai 2018 à 19h30
mercredi 16 mai 2018 à 19h30
jeudi 17 mai 2018 à 19h30
vendredi 18 mai 2018 à 19h30
TNB, 1 rue Saint-Hélier, Rennes
COMBIEN
De 11 à 27€
TÉL
02 99 31 12 31
SITE

Réservez
L'avis de la rédaction

Saigon

mardi 15 mai 2018 à 19h30
mercredi 16 mai 2018 à 19h30
jeudi 17 mai 2018 à 19h30
vendredi 18 mai 2018 à 19h30
3 bonnes raisons de voir Saïgon

Saïgon, désormais Ho-Chi-Minh Ville, n’est plus. Pourtant cette ville vit encore à travers celles et ceux qui y ont vécu. Caroline Guiela Nguyen brosse une fresque historique et sentimentale qui a fait chavirer Avignon, l’été dernier.

Histoire(s)
Un restaurant vietnamien près de la gare de Lyon. On est en en 1996 à Paris mais aussi à Saïgon au milieu des années 50. De cette ville aujourd’hui disparue surgissent des personnages et des histoires. Des souvenirs, des rêves, des blessures partagées entre Français et Vietnamiens bousculés, déchirés, séparés par l’Histoire. Une Histoire qui ressurgit au détour d’un souvenir, d’un mot qui, lui-même, en fait ressurgir d’autres pour parler de ce qui n’est plus.
 
Polyphonie
“Pour “parler vrai” et toucher juste, la jeune metteur en scène s’est immergée dans un pays, dans une Histoire qu’elle n’a vécue qu’à travers ce qu’on lui en a dit. Là-bas et ici, elle a retrouvé, à travers des dizaines de témoignages, ces histoires d’amour et d’exil, de joie et de larmes qui sont un peu les siennes et les nôtres aussi. Loin de tout exotisme de pacotille, cette polyphonie nous renvoie à nos propres absents.
 
Humanité
“Saïgon ne concerne pas les Vietnamiens, ni même les Français qui seraient partis en Indochine… Saïgon appartient à tous.” Caroline Guiela Nguyen ne veut pas qu’on enferme son propos dans une Histoire précise. Saïgon, c’est un camp de base pour aller plus loin dans la réflexion. Saïgon pourrait être Alger dont il convient toujours de ne pas parler. D’autres Saïgon naissent sous nos yeux. En Syrie ou ailleurs. Souffrances d’hier et d’aujourd’hui s’entrecroisent dans (parfois) la même indifférence.

Vincent Braud
Les commentaires des internautes
connectez-vous ou créez votre compte pour laisser votre avis
géolocalisation
1 rue Saint-Hélier
Rennes 35040
France
48.1079 -1.6733

recherche avancée

ou
Uniquement

Le même jour

Bientôt dans ce lieu